Solstice d’été

21 juin 2018, 00h25.
Je me retourne une dixième fois dans le lit et cherche le sommeil. Il faut dire que dans 2h30, le réveil sonne.
Je me demande pourquoi je suis allé me coucher si tard. Peut-être que je n’avais pas sommeil, ou que l’excitation m’empêchait de dormir. Dans tous les cas, le réveil allait être dur.

3h00. La sonnerie de mon téléphone résonne dans la chambre et me fait l’effet d’un train qui m’aurait percuté à pleine vitesse. Ma femme m’avait dit que le plus dur, c’était de se lever et de se lancer. Je la croise dans le couloir de l’appartement et elle trouve bon de ne rien dire en voyant mon visage.
Elle me dira plus tard qu’elle s’est retenue d’éclater de rire.

3h15. Nous sommes dans la voiture. Nous avons 1h15 de route pour rejoindre le point de départ de notre randonnée matinale. Dehors, nous croisons quelques voitures qui filent dans la nuit fraîche de ce début d’été. Nous roulons sur une route sinueuse direction la Croix de Coeur, entre la Tzoumaz et Verbier. En chemin, un cerf nous offre le spectacle de sa présence et nous observe nous éloigner d’un air soupçonneux.

1

Nous garons la voiture devant le restaurant de la Croix-de-Coeur. En face de nous, en contrebas, Verbier dort encore paisiblement. Nous démarrons la marche à 2170 m avec nos frontals pour seule lumière. À l’est, notre invité du jour, le soleil, émet ses premières lueurs qui découpent la montagne dans une lueur orangée.

2.jpg

Nous avons encore 1h15 de marche pour atteindre le balcon de la Vallée du Rhône: la Pierre Avoie (https://fr.wikipedia.org/wiki/Pierre_Avoi).

Notre ascension débute sur les pistes de Ski de la Tzoumaz, une légère montée nous emmène vers les remontées mécaniques.
J’ai quand même un peu l’appréhension de nous perdre. Ma dernière visite de la Pierre Avoie remonte à 8 ans, de jour. Et il faut dire que la pénombre change radicalement le paysage autour de nous.

3.jpg

4 (2).jpg

5 (2).jpg

Nous devons du coup corriger le cap, car nous nous étions engagé sur une descente qui nous aurait fait perdre du temps. Il faut dire que notre ami le soleil commence à pointer le bout de son nez et la lumière se fait de plus en plus présente.
Plus besoin des lampes à présent, nous évoluons dans un décor mystique, mi-chemin entre la nuit et le jour. Cet entre-deux qu’on appelle l’aube et qui promet un jour nouveau après une nuit difficile. Je trouve l’idée très puissante.
Au loin, les grands rois coiffés de leur couronne de neige reçoivent les premiers rayons du soleil, le tout premier de l’été.
Nous devons nous dépêcher d’atteindre notre but pour l’accueillir comme il se doit.

Le col de la Marlène signe le début de la dernière ascension avant la Pierre Avoie. L’hypoglycémie guette, chaque pas devient un peu plus lourd. Les mains et les jambes tremblent. 1h d’effort à jeun, c’est faisable, mais là nous l’avons déjà dépassée. Alors on se prend à rêver des biscuits au chocolat et du bon thé au miel qui se trouvent juste dans notre sac à dos. On croche pour arriver à temps au sommet. Comme on dit chez moi: « avant de lâcher, on ne lâche pas ». Et puis il reste 5 minutes d’ascension. Mais tout de même, c’est l’endroit le plus aérien de la balade. Ici, un faux pas vous entraîne quelques centaines de mètres plus bas, dans les rochers. Ce n’est pas le moment de se déconcentrer.

6.jpg

Une dernière échelle nous propulse alors au sommet. Autour de nous, la vue est magique. 2000m plus bas, la plaine commence à s’agiter. Les gens se réveillent. Les plus courageux sont déjà debout, ils font leur sport matinal ou partent travailler. Malgré l’agitation qui s’installe en contrebas, nous sommes bercés par le silence. Seul quelques insectes volants jouent avec nous et profitent de notre présence pour nous observer en vol stationnaire, avant de s’enfuir plus loin, vacant à leur affaires d’insectes volants. Ce sont les maîtres de l’endroit. Les gardiens de la montagne.

C’est ce genre de moments que j’adore. Ce moment incroyable lorsqu’on se rend compte que nous sommes seuls, dans un endroit improbable. Par exemple, un samedi soir en montagne avec pour seule compagne la lune, alors que tout le monde fait la fête et s’enivre. Ou alors comme aujourd’hui, après 1h20 de marche, se retrouver à 5h30 à 2500m d’altitudes à attendre les premiers rayons de soleil.

C’est avec un thé chaud au miel et une poignée de biscuit que nous attendons que le roi des Astres se lève. C’est le meilleur thé que j’ai jamais bu. Les biscuits sont tellement incroyables. La montagne a cette capacité à rendre la nourriture délicieuse.

7.jpg

Et d’un seul coup, il sort de derrière la montagne. C’est une boule de feu orange qui nous inonde de sa lumière et de sa chaleur. Le spectacle est grandiose. Ce soleil qui nous accompagne tous les jours depuis notre naissance et que nous oublions, tellement il est banal et normal qu’il brille au dessus de notre tête. On oublie alors que nous lui devons la vie.
Alors nous lui faisons là un bel hommage. Au final, c’est surtout à nous que cela est profitable. On voit notre âme se réchauffer et nous nous sentons vivant. L’ivresse de l’effort et du but atteint nous fait un peu oublier le quotidien difficile.

8.jpg

9.jpg

10.jpg

12.jpg

Bon, ce n’est pas tout ça ! Nous avons encore 1h de marche pour le retour et les biscuits ne nourrissent pas plus que cela.
Au revoir premier soleil d’été ! À l’année prochaine. Pour nous, un bon petit déjeuner nous attends, pour toi une vie à réchauffer les coeurs.

13.jpg
Hey ! Merci beaucoup, toi qui a lu ce récit jusqu’au bout ! Tu as fait le plus dur 😉

Si tu souhaites être au courant des prochains articles, récits ou aventures, abonne toi à l’aide du bouton tout en bas de la page. Tu peux également me suivre sur facebook et instagram. C’est le meilleur moyen pour me soutenir et m’encourager si tu aimes mon travail.

Au plaisir de lire ton commentaire 😉

Ursae Majoris

Un commentaire sur “Solstice d’été

  1. Joli récit qui résume très bien les émotions que l’on peut ressentir en faisant cette balade!
    Tes photos sont superbes et ta femme fait un beau modèle!

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.